BNP PARIBAS REAL ESTATE TRANSACTION À NICE- Tendance flexibilité

Inmagazine 21

Juin / Juillet 2021

Portraits

7 juin 2021

Mickael Lardet

Elle dirige BNP Paribas Real Estate Transaction à Nice pour l’Est Var et les Alpes-Maritimes : depuis près de 20 ans, Jeanne-Marie Fauvet bâtit sa carrière au fi l des évolutions du parc immobilier professionnel azuréen… et nous livre quelques tendances.

Jeanne-Marie Fauvet relie son appétence pour le monde de l’immobilier à l’influence de son père, qui, banquier, travaillait avec les promoteurs et investisseurs au développement de programmes neufs : « En vacances, peu importait la destination, je me souviens qu’il nous disait ‘j’ai financé un programme ici, on va le voir ? Alors, oui, je crois que cela m’a orientée dans mon cursus ! ». Le parcours de son papa, au gré de ses mutations, la fait voyager de Bretagne à Saint-Brieuc où elle est née, à Angers, Orléans, puis Nancy et Strasbourg où sa famille s’installe durablement.

Pour Jeanne-Marie, après un BTS Action Commerciale, ce sera Lyon et l’EFAB (devenue Sciences U) avec une spécialisation en évaluation et transaction immobilières, dont elle sort Major de promotion.
Dès lors, en alternance chez l’un des pionniers de l’immobilier commercial, Auguste Thouard, elle va y être recrutée dans la capitale des Gaules jusqu’en 2003, où elle sera pressentie pour rejoindre Nice, en charge de la commercialisation des bureaux pour l’enseigne. Celle-ci deviendra finalement BNP Paribas Real Estate Transaction France, Jeanne-Marie travaillant ainsi dans la même « maison » depuis son entrée dans la vie active ! Une expérience et une expertise qui l’amènent à s’associer en 2013 puis devenir directrice de BNP Paribas Real Estate Transaction France à Nice en 2018.

Plus de souplesse

L’enseigne nationale, leader européen de l’immobilier d’entreprise, a évidemment vu son activité chamboulée en 2020. « En France, sur l’ensemble des régions, nous avons assisté à un recul des transactions de -36%. Là où Sophia Antipolis avec une grande concentration de bureaux, aurait pu plonger, les chiffres sont au même niveau confirmant la résistance de la technopole. Nice enregistre +11 % en revanche, que l’on peut relier à une activité publique et parapublique plus présente ». Comment anticiper ? « Le télétravail reste une interrogation. Des études que nous menons en interne sur des projections à dix ans, montrent que le télétravail déjà mis en place va perdurer, et passer, pour le reste, de un jour à un jour et demi par semaine ». La demande ? « Avec les baux commerciaux de 9 ans, les décisions se prennent sur le moyen terme. Si la tendance est à la signature de baux plus courts, la souplesse reste un argument de choix pour les clients. Ils cherchent des surfaces plus petites avec des locaux vacants à proximité, pour anticiper leurs futurs besoins d’extension. Ils peuvent aussi s’installer à proximité d’espaces de coworking, toujours dans l’idée de rester souples sur la surface d’exploitation de leur activité ». Des tendances que Jeanne-Marie suit de près : « Notre expertise et nos outils nous permettent de nous adapter à ces évolutions structurelles ». Et de performer à nouveau dès cette année !

à lire aussi

SIXT

UEFA PSG-LONDON

Autres magazines