A chaque bâtiment son cycle de vie – Le SIS

Inmagazines 18

Décembre 2020 / Janvier 2021

INfrarouge

1 décembre 2020

Mickael Lardet

Inventer un métier. Structurer son fonctionnement, organiser la hiérarchisation des tâches confi ées à ses opérateurs. S’ouvrir à d’autres pistes de développement. Créer des synergies, recouper tout cela… Structuré en six entités, LE SIS, par l’addition de ses compétences, par la spécialisation de ses différentes activités, a aujourd’hui façonné un nouveau métier : il est spécialiste du cycle de vie du bâtiment.

LE SIS Primo gère les nettoyages spéciaux et préventifs, la recherche de fuite et le sauvetage après sinistre. LE SIS Airtech est spécialiste de l’hygiène aéraulique et Qualité de l’Air Intérieur, LE SIS Réno propose la rénovation tous corps d’état et LE SIS Détox assure le retrait de matériaux dangereux et la démolition. Découvrons ce drôle de métier aux multiples facettes, faites de solidarité, d’empathie, de collectif et d’humain, autour des femmes et des hommes qui le font avancer chaque jour.

Histoire d’hommes et de femmes

LE SIS, c’est une histoire initiée par Michel Blasi. Ancien directeur régional d’un groupe national spécialisé dans le traitement après sinistre, il fonde son entreprise en 2004 pour faire monter d’un cran la qualité du service rendu à ses clients. Pari tenu : LE SIS se développe et multiplie les cordes à son arc pour assurer aujourd’hui la promesse globale de l’optimisation du cycle de vie du bâtiment, de la prévention au sauvetage en passant par la rénovation et le désamiantage. En 2021, mesurons le chemin parcouru auprès d’un dirigeant qui place avant tout l’humain au centre de la stratégie de développement du groupe.

Votre groupe connaît une croissance annuelle de l’ordre de 20 %, depuis près de trois ans. Comment la gérez-vous ?

Ayant aussi connu il y a quelques années la décroissance, je peux vous assurer que je préfère gérer de la croissance ! C’est beaucoup de travail mais c’est surtout du plaisir. De constater que nous sommes toujours dans cette dynamique : créative, positive. Mais c’est une sensation ambivalente : nous portons aussi cette croissance à bras le corps. Car nous ne recrutons pas aussi vite que nous le souhaiterions. Nous avons un pacte de confiance avec nos clients : notre recrutement doit donc être irréprochable pour que la qualité soit toujours au rendez-vous.

Comment a évolué LE SIS ces dernières années ?

Nous passons à un modèle industriel tout en restant dans le sur-mesure. Une équation délicate… Et nous travaillons sur la partie préventive. Notre promesse ? Répondre aux prérogatives de l’exploitant, sans attendre la catastrophe pour optimiser la durée de vie de son bâtiment et favoriser la QVT (Qualité de Vie au Travail) au coeur de ses équipes.

Comment vivez-vous la crise sanitaire ?

Les cadres dirigeants, le middle management ont été mis à contribution et ont beaucoup mouillé le maillot, tout comme l’ensemble des équipes. Cette crise, c’est à la fois de la difficulté et une opportunité. Il a fallu répondre à de nouvelles demandes, comme la désinfection anti-Covid et plus généralement toutes les problématiques liées à la QAI (Qualité de l’Air Intérieur).

à lire aussi

SIXT

UEFA PSG-LONDON

Autres magazines